AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chut ! C'est un secret [PV ft. Abby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BAEK Théo

avatar

MessageSujet: Chut ! C'est un secret [PV ft. Abby]   Mar 6 Mar - 21:29

Abby & Théo
« Il est où le magneau ? Ils ont mangé le magneau ? »


Des fois, j'aimerais bien ressembler à Abby. Non, devenir une femme n'est pas vraiment mon trip mais, vivre comme elle le fait me plairait bien. Enfin, surtout le soir ... Moi qui suis toujours devant ma télé, elle, elle sort tout le temps. Ça en devient presque impressionnant ! Depuis qu'Abby a aménagé chez moi je lui ai laissé ma chambre mais je n'ai pas vraiment l'impression qu'elle y passe beaucoup de temps. Je ne veux pas me plaindre, je suis ravis qu'elle soit ma colocataire. Pourtant, je pense que l'on se parle de moins en moins. La journée, elle est à la maison et moi au travail; la nuit, inversement.

Cette soirée était donc comme toutes les autres. En rentrant à la maison, mon amie m'avait laissé un petit mot en me disant de me faire réchauffer les restes qui étaient dans le frigo. Elle ajoutait qu'elle rentrerait tard et qu'il ne fallait pas que je l'attende. Mes pâtes enfin prêtent je m'installai sur le canapé tout en allumant la chaîne musicale. Les heures défilèrent à une vitesse folle. Le temps de faire la vaisselle, de prendre une douche et il était déjà minuit et quart. Je m'enfilais, petit à petit sous ma couette que j'avais posé vite fait sur le canapé clic clac. Il ne me fallut pas beaucoup de temps pour éteindre mon portable et m'endormir. Pendant la nuit je fais pleins de choses mais je ne m'en rend pas compte. C'est assez bizarre … Par exemple, il y a de ça quelques jours, je me suis réveillé dans les toilettes: j'en ai donc conclu que j'étais somnambule. Heureusement qu'Abby n'était pas là ! Imaginez un peu sa tête en me voyant dormir dans les chiottes. Arf, je ne préfère même pas y penser. Mais cette nuit, au lieu de jouer à la momie, je suis resté tranquille dans mon pieu à rêver. Je suis sûr que j'ai oublié trois quart de l'histoire parce qu'elle n'est en rien cohérente. Par exemple pour commencer, ma maison était un puits et mon animal de compagnie un pingouin. Comment sommes nous atterrit là dedans ? Aucune idée ! Le pire c'est que mon pote savait parler humain. C'est vraiment flippant, croyez moi. Pendant nos journées on parlait des champignons qui poussaient aux dessus de nos têtes et on pouvait en débattre pendant deux ou trois heures. Puis un jour, par l'opération du Saint Esprit, on était arrivé chez les bonshommes bleus qu'on voit dans Avatar. Mais c'est qu'ils aiment pas les pingouins ! Ils voulaient en faire des brochettes ou je sais pas trop quoi. Finalement on a été chassés avec des arcs et des flèches.

Mon rêve fut interrompu par un bruit inconnu qui ne faisait pas partit de celui ci. Je me réveillai en sursaut en me rendant compte que je n'avais jamais eu d'ami manchot. J'attrapai mon téléphone portable pour voir quelle heure il était: 6h30. Je me redressai sur le canapé en me grattant les yeux. Des chuchotement se faisaient entendre dans l'appartement silencieux. Pendant une fraction de seconde, l'espoir de revoir mon pote imaginaire me prit la tête. Malheureusement (ou pas) la voix d'Abby se fit entendre. Pour une fois que je pouvais lui dire bonjour de bonne heure, il ne fallait pas que je la laisse filer ! Je me levai précipitamment pour courir vers la porte d'entrée. La vue de mon amie me surprit quelque peu: elle portait une robe rouge moulante et des talons qui devaient bien faire 12 cm. À la main, un paquet de billets qui, additionnés ensemble devaient faire une somme assez conséquente. Je n'eus même pas le temps de regardé son visage que je sortis:


- Qu'est-ce que tu fais ?


Dernière édition par BAEK Théo le Ven 9 Mar - 20:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PARKER Abby

avatar

MessageSujet: Re: Chut ! C'est un secret [PV ft. Abby]   Mar 6 Mar - 23:36

6:30... J'arrive un peu plus tôt que d'habitude aujourd'hui. M'enfin bon, de toute manière Théo part très tôt au boulot il me semble, donc il n'est certainement pas à la maison. J'attendais sur le palier, me demandant tout de même si Théo était là où pas. Après tout il était quand même assez tôt. Il est fort possible qu'il soit toujours à la maison en fait. Je pense qu'il vaut mieux rentrer discrètement, au risque de me faire attraper.
J'entrais alors discrètement à l'intérieur, sortant machinalement la somme d'argent que j'avais reçu sans même enlever manteau et chaussures. Après avoir compter une deuxième fois, je me fis, sans m'en rendre compte, une remarque à haute voix :

- Tiens, il m'a donné un peu plus que la dernière fois...

En effet, ce n'était pas la première fois que j'étais avec cet homme là, c'était tout juste la semaine dernière qu'on avait passé la nuit ensemble. Un vrai dépressif ce mec. N'empêche qu'il s'est salement fait largué par sa petite amie, alors qu'il n'avait rien fait de mal. D'après ce qu'il m'a raconté, en tout cas. D'ailleurs, je ne comprends pas pourquoi certains d'entre eux me racontent leurs problèmes. C'est vrai, à quoi bon me raconter toutes ces choses ? C'est pas comme si j'étais la pour leur donner des conseils ou je ne sais trop quoi. Mais enfin, on s'en fout un peu de leur vie. Ça m'arrange qu'il m'ait donné un peu plus d'ailleurs, l'appartement est tellement sale ces derniers temps. Faudrait que je pense à acheter ce qu'il faut pour bien le nettoyer. Et puis, il ne reste plus grand chose à manger. Faudrait que je pense aussi à faire les courses cet après-midi vu que Théo n'est pas là. Bon allé, je recompte une dernière fois l'argent et je vais ranger tout ça dans la chambre !
Je fis alors un pas vers l'avant, puis je trébuchai soudainement sur un machin tout rond et lâchai un cri perçant tout en me retenant sur le bord du vieux meuble à l'entrée.

- Mais qu'est-ce que je peux être maladroite ! Bon alors où est-ce que j'en étais...

Toujours concentrée sur les billets, je sentais une étrange présence. Je relevais alors les yeux, puis vis mon colocataire face à moi, la tête dans le c*l, on peut le dire. Il me demandait :

- Qu'est-ce que tu fais ?

Confirmation : il est bien à la maison, et en plus, il a l'air de s'être réveillé il n'y a pas très longtemps. De quoi être dans la grosse galère. Théo ne savait pas où je passais mes nuits, et tout ce que je voulais jusqu'à présent, c'était qu'il ne l'apprenne pas. Si maintenant, je lui disais la vérité, comment réagirait-il ? Il m'engueulerait certainement, et il me jetterait même de la maison. Je n'osais plus le regarder. Tête baissée, je regardais innocemment mes pieds. Je passai inconsciemment la main sur la nuque, je rangeai les billets dans mon sac puis j'enlevai mes chaussures. Je soufflai un bon coup, puis je passai rapidement à côté de mon ami pour atteindre ma chambre. Au même moment je lui dit en soupirant :

- ...Je vais me changer.

Après avoir rapidement enfilé mon pyjama (j'avais un de ces besoin de dormir ! j'ai carrément pas fermé l’œil de la nuit pour vous dire...), je retournai au salon, car certainement, Théo devait m'attendre pour des explications. Il était en effet là, posé sur son clic-clac. Puis là, je commençai à me sentir mal : premièrement, pour les explications que je vais avoir à lui donner, et deuxièmement parce qu'à cause de moi, il dormait sur ce clic-clac qui ne doit pas être plus confortable que son merveilleux lit qui m'appartient maintenant et que je n'utilise même pas pour la plupart du temps !

Je ne savais pas quoi faire. J'étais planté là, j'attendais. Je me décidai finalement à m'asseoir près de Théo, j'inspirai un bon coup, essayant de prendre la parole, mais rien ne sortait. J'avais tellement peur de le lui dire. Et surtout, je ne voyais pas comment lui annoncer cela. Je ne savais en aucun cas comment il allait réagir, mais bien évidemment, il allait très mal le prendre. Je devrai peut être inventer quelque chose qui pourrait tenir la route... Une fille qui rentre à la maison vêtue d'une robe de soirée avec un paquet d'argent en main... d'où pourrait-elle bien venir.. Après un petit moment de réflexion, rien de juste ne me vint à l'esprit. C'est foutu, il va l'apprendre, la réalité... J'essayai de reprendre confiance en moi. Je le regardai, mais de cette manière, je ne pourrai jamais lui annoncer cela. Et d'abord, pourquoi ça serait à moi de lui dire ? Il peut très bien réfléchir, lui, au lieu de me poser des questions qui me mettent mal à l'aise ! Et à ce moment là, la réponse viendra rapidement ! En tout cas, je ne lui dirai rien pour le moment, c'est décidé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BAEK Théo

avatar

MessageSujet: Re: Chut ! C'est un secret [PV ft. Abby]   Ven 9 Mar - 20:39

Abby n'osait même plus me regarder dans les yeux. Cela prouvait bien qu'elle avait quelque chose à se reprocher; mais quoi ? A vrai dire, j'avais une petite idée mais je ne préférais pas y penser …

- …Je vais me changer

Heureusement, je ne supportais pas la voir dans cette tenue. Bien qu'elle ai l'air un peu vulgaire dans sa robe moulante, je peux vous dire que se retrouver nez à nez avec une jolie fille dès le matin vous renverse l'estomac. Enfin bref, tout en attendant mon amie je remettais le canapé en place. Quand ce fut enfin fini, je m'assis sur celui-ci et la porte de ma chambre s'ouvrit. Abby en sortit vêtit d'un vieux pyjama, naturelle. On ne peut pas comparer avant à maintenant, impossible.

L'ambiance commençait à devenir embarrassante. Un blanc s'était installé dans le salon et ni ma coloc' ni moi n'ouvrions la bouche. Je regardais fixement mes genoux en attendant des explications de sa part. Dans ces moments là, j'ai l'impression de me comporter comme un père. Par exemple la première fois que j'ai fais le mur, mon paternel m'attendait à la maison et m'avait foutu un souflon dont je me souviens encore. Aujourd'hui je comprend ce qu'il avait ressentit. D'un côté, j'ai envie de savoir ce qu'Abby me cache mais d'un autre, pas vraiment … La peur d'être choqué ? C'est assez probable.

Je redressais ma tête en direction de mon amie et nos regards se croisèrent. Cette fois ci, les yeux dans les yeux, un d'entre nous était obligé de placer un mot. Abby inspira un coup mais malheureusement, aucune parole ne sortit de sa bouche. Je baissai les yeux une nouvelle fois. Les questions se bousculaient dans ma tête mais, comment les lui demander ? Ce paquet de bif, comment l'avait-elle gagné ? Si elle travaillait dans un restaurant ou une boîte de nuit, elle me l'aurait surement dit.


Quelques secondes passèrent mais toujours rien. Je ne comprend pas pourquoi j'étais aussi mal sur le coup. C'est vrai, je stressais comme un fou alors que je n'avais rien à me reprocher. J'essayais de me mettre à sa place et d'imaginer à quoi elle pouvait bien penser. Elle devait-être encore plus mal que moi la pauvre ! Rien que de la découvrir comme je l'ai fais, ce doit être un minimum humiliant. Je fis alors sans même m'en rendre compte, une comparaison assez improbable entre mon histoire de toilette et de somnambulisme à celle-ci. En ce moment, je rapporte tout à ma petite personne. Je trouve ça assez pénible.
De mes mains à mes genoux, de mes genoux à mes mains, voilà le trajet qu'effectuaient mes yeux. Une question me chatouillait le bout de la langue mais par peur, je ne préférais rien dire. Finalement, la curiosité prit le dessus et je demandai:


- Pourquoi t'étais habillée comme ça ?

Après réflexion, je trouvais cette question inutile et assez vague. C'est vrai, elle pouvait très bien me mentir en disant qu'elle avait couché chez une amie après sa soirée en boîte. Pff, j'aurais du demander autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PARKER Abby

avatar

MessageSujet: Re: Chut ! C'est un secret [PV ft. Abby]   Sam 10 Mar - 0:44

Les minutes défilaient, mais Théo n'avait toujours pas l'air de comprendre d'où je pouvais bien venir à une telle heure, vêtue pareil. Je continuai à soupirer, mais en même temps, j'étais pas mal gênée. En fait, le fait de dire à quelqu'un où je passais mes nuits ne me gênait pas plus que ça (on va dire) mais lorsqu'on a en face de soi un ami avec lequel on vit, ce n’est pas très évident (de plus si c'est un mec...). Et puis enfin, j'entendis la voix de mon ami :

- Pourquoi t'étais habillée comme ça ?


Pourquoi j'étais habillée comme ça ? Non mais c'est une blague ? Il se fout vraiment de moi là, ce n’est pas possible !

- « Pourquoi t'es habillée comme ça ? » Non mais je rêve... ! Tu n'as trouvé rien d'autre à poser comme question ?!


Non mais, je suis désolée mais je ne pouvais pas rester calme après une telle question. Je sais que je m'emporte facilement pour rien, mais là, c'était plus fort que moi. Une blague… une blague ! Comment est-ce qu'il peut me demander pourquoi j'étais habillée pareil alors qu'en réalité on s'en fout pas mal de ça ? M'enfin, on s'en fout pas vraiment à vrai dire, mais ce que je veux dire, c'est que... que... Bon ! J'avoue que j'y suis allée un peu fort, je n'aurais pas dû réagir de cette manière. Je le sais, et pourtant voilà, je suis comme ça, il m'arrive très souvent de m'énerver pour rien, et je n'y suis pas pour grand chose. C'est vrai, en y réfléchissant un peu, il avait raison de poser cette question, c'est pas comme s'il allait lui aussi me poser directement des questions gênantes.
Alors, ne sachant pas vraiment où regarder, je me focalisai sur ses mains, puis je finis par dire doucement :

- Désolée, je suis vraiment idiote. Vraiment, je ne voulais pas te parler comme ça...


Les excuses non plus, ce n’était pas trop ça. Mais je lui avais dit tout ça avec sincérité, je souhaitais qu'il me comprenne, et je ne voulais surtout pas qu'il m'en veuille. Je regardai alors Théo gravement, j'avais un peu envie de le faire flipper, allez savoir pourquoi. Je voulais qu’il s’imagine des choses dramatiques, je voulais voir l’expression de son visage changer, mais rien du tout (en même temps, je ne vois pas vraiment ce qu’il pourrait s’imaginer…).
Alors je réfléchissais, encore et encore, à comment lui annoncer ça. Je devrais peut être lui dire un truc dans le genre « tu sais ce que c’est une escort girl ? »… Non, vaut mieux éviter. Je ne sais pas, mais je trouve que ça sonne un peu bizarre de lui dire ça comme ça. Et puis, je ne sais pas non plus si c’est mon impression, mais je trouve que ça fait un peu provoc’. Mais en plus de ça, on dirait que je le prend pour un gros débile qui ne sait même pas ça ! Enfin bref ! Je pense qu’il vaut mieux que j’apporte tout ça lentement, pour éviter de le choquer plus que ça. Ou peut-être que je devrais traiter ça avec humour, genre… Non non mieux vaut éviter ça. Ça ferait vraiment la fille perverse, donc je préfère franchement éviter. Alors comment lui dire ça de la meilleure façon ? J’en ai marre, depuis toute à l’heure je ne fais que me poser les mêmes questions, mais je n’y trouve aucune réponse correcte. Alors maintenant, j’arrête de réfléchir, et je lui dis ce qui me passe par la tête, comme ça au moins, je me ferais pas chier à me demander quel mot employer, ainsi que d’autres trucs hyper chiants.

- Ecoute Théo…


Mais enfin, qu’est-ce que je suis en train de foutre ? Pourquoi ne pas tout simplement lui mentir ? Mais quelle idiote ! Vraiment, j’ai pas vu plus stupide quoi ! Sérieusement, depuis tout à l’heure je me fais chier à chercher la phrase correcte pour lui expliquer ce qu’il s’est passé cette nuit, alors que je pourrais inventer un truc totalement con et qu’il goberait sans réfléchir ! Non mais vraiment, qu’est-ce que j’ai aujourd’hui ? Je ne suis vraiment pas moi-même. Aha, n’empêche que je suis tellement contente d’avoir trouvé la clé à tous ces problèmes ! Et puis avec la question qu’il m’a posé, c’est d’autant plus simple ! Bon allé, je réfléchis plus, et je me lance !

- Ecoute, c’est tellement simple ! J’avais une soirée et comme j’étais complètement saoule j’ai passé la nuit chez… quelqu’un.


Mais… Attends non, c’est totalement con ce que je viens de lui dire ! Bon alors déjà le « quelqu’un » devait être « chez une amie », mais en plus, ça se voit tellement que c’est une fausse excuse ! Mais surtout, surtout ! D’où est-ce que l’argent que j’avais tout à l’heure en main a bien pu sortir si j’étais à une soirée ? Bon et bien, une fois de plus, je suis démasquée. Il doit bien se foutre de moi, lui. C’est injuste ! Je dois me reprendre !

- Et je suis passée à la banque ce matin pour retirer un peu d’argent… Je vais faire les courses cet après-midi.


Non mais comment Théo allait bien croire à une chose pareille ? Tout ce que je viens de dire, là, c’est tellement stupide ! Qui pourrait y croire ? Vraiment, faut être idiot pour s’imaginer que c’est vrai. Mais ça m’est égal, je trouve ça même marrant, je veux bien voir comment il va réagir. Et s’il y croyait ? Je me foutrais bien de lui ! Mais dans tous les cas, je lui dirais la vérité après !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BAEK Théo

avatar

MessageSujet: Re: Chut ! C'est un secret [PV ft. Abby]   Sam 17 Mar - 23:00

- « Pourquoi t'es habillée comme ça ? » Non mais je rêve... ! Tu n'as trouvé rien d'autre à poser comme question ?!

Allez hop, elle s'énervait. Des fois, je ne la comprend vraiment pas. Je sais bien que ma question était idiote et inutile mais ce n'était pas une raison pour s'exciter comme elle le faisait. De toute façon c'est un gros défaut qu'a Abby. Elle se sent toujours agressée et prend sans arrêt la mouche. Quand j'y pense, qui devrait s'énerver ? C'est quand même moi qui héberge une fille qui habite clandestinement en Corée et qui ne sait même pas ce qu'elle fait de ses nuits ! Enfin je ne voulais pas lui en parler sinon, ça aurait fait un débat de plus. Mes yeux étaient braqués sur mes mains, encore une fois. Je les sentais transpirer, c'était horrible. Je n'aime pas les avoir moites, je me sens toujours mal à l'aise. Surtout que là, je ne me sentais franchement pas bien …

- Désolée, je suis vraiment idiote. Vraiment je ne voulais pas te parler comme ça...

Bon au moins, elle s'excusait. Peut-être devrais-je en faire autant vu qu'elle avait mal prit ma question précédente ? Oui, il le fallait. Seulement, peut-être allait-elle pensé que j'étais le style de gars qui écrasait à la moindre petite engueulade ? Non, ce n'est pas mon genre. Enfin d'un côté oui, d'un autre non. Au pire, je me la jouais naturel ? Il paraît que les femmes aiment ça. Mmh, je suis pas convaincu mais on verra bien:

- Non ne t'excuse pas, c'est moi. Je suis vraiment maladroit.

Je me rendais compte que je venais de faire une jolie rime. À ce moment là, un petit rire nerveux sortit de ma bouche. Abby devait vraiment me prendre pour un pauvre type sortit de on ne sait où. Mon regard se dirigea alors vers le sol, près de la télé. Un truc qui ressemblait plutôt à un magazine traînait par là. En me concentrant d'avantage j'arrivais à reconnaître les formes d'une femme, nue. Un magazine porno ? Possible. Mais alors, comment était-il arrivé ici ? Je ne suis pas grand consommateur ou du moins, pas à ma connaissance. Abby est la seule personne qui vit avec moi mais je la vois mal fantasmer devant des nanas à poil. Ou alors … Est-ce encore un coup de mon somnambulisme ? Sur le coup, je pris un peu peur mais en y réfléchissant c'était quasi impossible. Pendant la nuit les magasins sont fermés. A moins que je sois un cas à part dans la matière et que je fais des cambriolages endormit … Non, ça ne tient pas la route !

- Ecoute Théo

J'en avais presque oublier notre conversation ! Arff, je crains sérieusement … Quand Abby commence avec son « écoute » ça ne signale rien de bon. Après j'dis ça, j'dis rien.

- Ecoute, c'est tellement simple ! J'avais une soirée et comme j'étais complètement saoule j'ai passé la nuit chez... quelqu'un

On y venait, enfin ! « Quelqu'un » ... c'était qui ce « quelqu'un » ? Elle voulait me dire qu'elle avait coucher alors qu'elle était saoule ? Non mais le gars qu'est-ce qu'il lui a prit ? Il a profité d'Abby pendant qu'elle pouvait pas le repousser. Ou bien peut-être qu'elle était d'accord et dans ce cas là … Ouais mais tout ce biff il vient d'où ?

- Et je suis passée à la banque ce matin pour retirer un peu d'argent... Je vais faire les courses cet après-midi

Gen-re … elle était en train de se foutre de moi là. Au dernière nouvelle, elle n'avait pas de taff donc, comment pouvait-elle retirer de l'argent sur un compte qui était vide ? Elle aurait très bien pu prendre ma carte bancaire mais elle ne connait pas le code. Mais je suis sûr que si je lui sort ça, elle me dira qu'elle avait des économies et blabla et blabla … Elle peut pas me dire tout simplement la vérité ? Raah qu'est-ce que ça peut m'énerver cette situation !

- Dis Abby, ça te dirais de me raconter la « vraie » histoire au lieu de me sortir tous ses bobards ?

J'étais en train de lui sortir les vers du nez (haha, drôle d'expression) et j'ai encore une fois, horreur de ça. Pourquoi me mentait-elle ? Elle a sans doute quelque chose à se reprocher. J'espère seulement que ce n'est pas grave. Quoi que, si elle ne veut pas me le dire ça pourrait bien signifier qu'elle fait des choses pas très catholiques pendant la nuit. Ne me dites pas que … Si ? Non, non … NON ! Ça voudrait dire qu'elle couche pour le fric ?! Pendez moi ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PARKER Abby

avatar

MessageSujet: Re: Chut ! C'est un secret [PV ft. Abby]   Dim 22 Avr - 21:23

« Non ne t'excuse pas, c'est moi. Je suis vraiment maladroit. » Quand j’entendis cette phrase, la première chose que je voulu faire, c’était de sauter dans les bras de mon ami. Mais je m’en abstenai, car ça n’aurait pas fait très… sérieux on va dire, étant donné la situation dans laquelle je me trouvais. Mais tout de même, ce qu’il venait de dire était tellement adorable ! Plus sérieusement, je ne m’attendais absolument pas à ce qu’il réagisse de cette manière. Au contraire, je pensais qu’il ne me répondrait même pas. Mais qui sait, si ça se trouve, c’est totalement son genre d’être comme ça, j’en sais rien étant donné qu'on ne passe pratiquement jamais de temps ensemble. M’enfin bref ! Je voyais Théo rire, mais je ne comprenais pas réellement pourquoi. Je devais certainement tirer une drôle de tête durant mon petit moment de réflexion, ce qui l’a forcément fait rire. Du moins c’est ce que je pense. Je profitai alors du moment pour rire à mon tour un petit coup, mais Théo ne semblait heureusement pas s’en être rendu compte. Il avait plutôt l’air occupé par quelque chose qu’il fixait sans relâche sur le sol. M’enfin bref, ça m’est bien égal après tout, qu’il fasse ce qu’il veule, du moment que ça le fasse plaisir.
Passons plutôt au moment où je lui ai sortie toutes ces belles idioties. Je suis certaine à pratiquement 100% qu’il ne va pas croire un mot à ce que je lui ai dit, mais bon, une fois de plus, tout cela m’importe peu étant donné que ça m’a permis de faire passer un peu le temps, et surtout, d’être... comment dire... un peu plus à l’aise (même si ça ne semble pas forcément être le cas). Alors à ce moment-là, je l’entendis me dire :

- Dis Abby, ça te dirais de me raconter la « vraie » histoire au lieu de me sortir tous ses bobards ?

Tout comme je l’avais imaginé. Si jamais il avait cru à ce que je lui avais dit, je l’aurais véritablement traité de gros débile qui ne comprend rien à la vie et qui, en plus, croit comme un gros bébé à tout ce qu’on lui raconte. Mais ce n’est heureusement pas le cas. Par contre là, je vais devoir m’expliquer. Et cette fois ci, sans mentir. Tout lui raconter... enfin ! du moins l’essentiel quoi. Mais comment lui dire... D'habitude, je ne suis absolument pas du genre à réagir de cette manière, être nerveuse, comme ça... je ne me suis d'ailleurs jamais sentie aussi mal à l’aise devant une personne pour lui donner de pauvres explications… mais qui restent forcément difficile à annoncer à un ami avec lequel on vit. Je soufflai alors un bon coup, tout en réfléchissant à comment le lui dire. Finalement, quelques idées me vinrent en tête : je vais amener le sujet assez lentement, en lui montrant la situation dans laquelle je me trouvais lorsque je suis arrivée à Séoul. Je suppose que c’est très bien de cette manière. Maintenant, il faut bien entendu que je trouve le courage de lui dire tout ça. Bon allez, tu vas y arriver Abby ! Aies confiance en toi et ça ira ! Oui voilà… Cette fois ci, je le regardai bien dans les yeux, puis, un peu nerveuse, je fini par prendre la parole :

- Excuse moi, je suis vraiment idiote. Mais tu sais, dans ce genre de situation, on ne sait tellement pas quoi répondre qu’on est capable de sortir les histoires les plus stupides qui soient.

Bon ça commence plutôt bien, j’ai réussi à lui dire quelque chose, même si ce n’est pas trop le point le plus important... ? Quoique… Avec une telle phrase, il y a de quoi se poser beaucoup de questions. Mais maintenant, ce ne sont plus de simples excuses dont il doit s’agir, mais de réelles explications. Ayant enfin confiance en moi, je poursuivi, sans le laisser dire quoique ce soit :

- Tu sais que depuis que je suis arrivée à Séoul, ça n’a pas vraiment été la belle vie pour moi. J’ai passé des moments très difficiles… J’étais à la rue, je n’avais pas d’argent... je n’avais personne…

Je n’y arrivais plus, je ne pouvais pas continuer, lui dire ça comme ça, non, je ne pouvais pas. Je sentais étrangement les larmes me monter aux yeux, mais je ne voulais rien laisser paraitre. Je ne voulais absolument pas être vue de Théo comme la pauvre fille faiblarde qui pleure, on peut le dire, pour un rien. C’est à ce moment-là que, bizarrement, je me rendais compte que je n’étais qu’une misérable nana. Une personne qui n’est même pas capable de gagner de l’argent autrement qu’en se… se prostituant. Mais comment je pouvais faire autrement ? Je suis à Séoul sans aucun papier ni rien ! Je ne suis même pas qualifié en quoi que ce soit, personne ne voudrait de moi de toute manière ! Et puis, maintenant que j’y pense, c’est la première fois que je posai de telles questions. Ce que je veux dire, c'est que jusque-là, cette manière plutôt particulière dont j'ai vécu ne m’a jamais réellement posé problème. M’enfin, pour le moment, on laisse ça de côté. J’ai Théo face à moi qui attend avec espoir des explications, et tout ce que je trouve à faire, c'est de le faire attendre alors qu’il doit certainement bientôt s’en aller pour le boulot, ahlala ! J’inspirai alors un bon coup, et je repris finalement :

- Et puis finalement, j’ai rencontré de chaleureuses personnes qui ont accepté de m’héberger… Mais bien entendu, je n’allais pas profiter d’eux, j’avais rapidement besoin d’argent, alors…

Est-ce que j’ai réellement besoin de finir ma phrase ? Si même avec tout ça, Théo n’a toujours pas compris d’où je venais à une heure pareille, c’est qu’il est vraiment stupide. Ou peut-être refuse-t-il simplement d’admettre une chose pareille... ? Et quand il va finir par tout comprendre, alors il… il me virera de la maison, et il refusera de m’adresser la parole… Ou peut-être que ça ne le marquera pas plus que ça… Je n’en sais rien… Mais tout ce que je souhaite du fond du coeur, c’est qu’il ne me rejette pas… Je finis alors par détacher mes yeux de mes mains pour les reposer sur Théo. Après quelques minutes de réflexion, je fini par conclure :

- Ne me fais pas dire ce que tu as déjà deviné depuis un bon moment…

Et là, je me rends réellement compte que je ne m’assume absolument pas face à Théo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BAEK Théo

avatar

MessageSujet: Re: Chut ! C'est un secret [PV ft. Abby]   Lun 7 Mai - 22:53

Rien que de m'imaginer Abby dans les bras d'un gros pervers me donne la nausée. Sérieusement, une fille comme elle n'a pas besoin de ça ! Enfin je veux dire, si elle veut avoir des relations sexuelles, pas besoin de se faire payer. Bon ok, elle a des problèmes d'argent mais si elle m'en avait parlé, je lui aurait filer un coup de main pour trouvé du boulot. Après tout, peut-être que ça lui plait de louer son corps à des hommes ? Et peut-être à des femmes ? Haaa c'est horrible ! Je n'ai rien contre les homos et bisexuels, loin de là ! Mais bon, une prostituée pour les femmes, j'en ai rarement entendu parler. Sauf les gigolos mais c'est un homme pour une femme et non une femme pour une femme …. Bref, je m'égare là.

- Excuse moi, je suis vraiment idiote. Mais tu sais, dans ce genre de situation, on ne sait tellement pas quoi répondre qu'on est capable de sortir les histoires les plus stupides qui soient.

Sur ce coup là, elle n'avait pas tord. Il est vrai que parfois, on peut vraiment inventer n'importe quoi pour protéger sa petite personne. Par exemple la fois où j'avais vendu la chaîne en or de ma mère j'avais … D'accord, j'arrête de parler de moi.
« Dans ce genre de situation », AHAH !! Indirectement, Madame m'avouait ses parties de galipettes durant la nuit. Décidément, je n'arrive pas à m'y faire: Abby dans un lit avec un autre mec qui plus est, doit être hideux et tout ridé, faire pleins de choses … Faut vraiment que j'arrête de la juger. C'est vrai quoi, elle fait ce qu'elle veut de ses fesses; tant qu'elle ne me raconte pas en détails ses ébats, je m'en fiche un peu, non ?


- Tu sais que depuis que je suis arrivée à Séoul, ça n'a pas vraiment été la belle vie pour moi. J'ai passé des moments très difficiles... J'étais à la rue, je n'avais pas d'argent... je n'avais personne.

Ça pour m'en rappeler, je m'en rappelle. Quand j'ai connu Abby, elle était vraiment au fond du sot. Mais bien profond vous voyez. Bizarrement, elle a toujours fait preuve de beaucoup de courage et s'est accrochée, coûte que coûte.

- Et puis finalement, j'ai rencontré de chaleureuses personnes qui ont accepté de m'héberger... Mais bien entendu, je n'allais pas profiter d'eux, j'avais rapidement besoin d'argent, alors...

Pourquoi s'arrêter en plein milieu d'une phrase si révélatrice ? J'avais l'impression d'être dans une série télé telle « Les feux de l'amour ». Vous savez, ce genre d'histoire où l'on veut toujours en savoir un peu plus. Cependant ici, ce n'était pas de la fiction mais bel et bien la réalité. J'avais l'air fin dans mon pyjama, les yeux à demi mâchés, et mon haleine de chacal. Pour peu qu'une vieille luluche de nez trainait par là, j'avais le pactole ! Mon ventre commençait légèrement à gargouiller ce qui rendait la conversation d'autant plus mouvementée. « Ironie quand tu nous tient ! ».

- Ne me fais pas dire ce que tu as déjà deviné depuis un bon moment...

Alors là oui j'avais deviné, et pas qu'un peu ! Mais imaginez que ce soit une tout autre raison, comment je ferais ? Abby me prendrait pour un gros psychopathe qui ne pense qu'au cul. Bonjour la réputation !
Paradoxalement, j'avais une sensation étrange, comme si je ne voulais pas avouer la profession de ma colocataire. On pourrait croire à de la jalousie mais pas du tout ! Abby n'est pas simplement une amie, c'est aussi une sœur pour moi. Je ne veux que son bien et qu'elle ai une vie équilibrée. C'est assez difficile sachant qu'elle n'a pas ses papiers mais bon, j'espère qu'un jour elle pourra vivre tranquillement. La seule façon serait qu'elle se marie mais étant donné son travail, son petit ami devra soit être peu jaloux ou bien, ne rien savoir sur son métier. La dernière proposition étant assez difficile si l'on suppose qu'ils vivent ensemble …
Il fallait que je lui réponde quelque chose, mais quoi ? Qu'auriez vous fait ? « Mon dieu Abby, ne me dit pas que tu couches avec des gars pour te faire du fric ? Et tu as osé me le cacher pendant tout ce temps ? Et dire que je te faisais confiance … Vire tes fesses de chez moi immédiatement, j'ai peur que tu me sautes dessus *out* ». Non, c'est un peu excessif là … Sois je fais l'idiot et je fais genre « De quoi tu me parles » ou alors, je lui dis tout en me contrôlant, le fond de mes pensées ? Oui, pourquoi pas. Surtout, ne pas oublier de laisser mes jugements en dehors de tout ça. C'est primordial pour que déjà, Abby ne me fasse pas la gueule à vie et, si par hasard elle souhaite rester à la maison, il y est un minimum de bonne ambiance.


- Écoutes Abby, quoi que tu fasses je respecterais ton choix seulement …

Oulala, stop, je vais donner mon avis. Faut vraiment que je tienne ma langue parfois. Il faudrait peut-être que je reprenne assez rapidement la parole avant qu'un blanc ne s'installe et que mon amie se fasse des fausses idées

- Vraiment, je préfère entendre les vérités sortir de ta bouche plutôt que de me faire de fausses idées, tu comprends ?

Mes yeux commençaient à me piquer, allez savoir pourquoi. Je me les frottais donc, comme un gros trimard. J'allais sans doute les avoir tout rouge tel un shooté qui venait de prendre sa dose. Après les mains moites et le magazine porno, les yeux qui me grattent. Et la suite, qu'est-ce qu'on me réserve ? Moi je verrais bien le clic-clac qui se refermerait sur nous ou bien le chien du voisin qui pisse au balcon et que ça fasse effet fontaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Chut ! C'est un secret [PV ft. Abby]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chut ! C'est un secret [PV ft. Abby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Parce que j'aime parler en fait x) (et que je vous n'adore mais chut c'est un secret)
» Secret War
» [Ab] Allez quoi ! [Abby]
» Amour secret...
» Le secret de Térabithia
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Night Seoul :: IN THE CLUB :: PAJAMA PARTY - APPARTEMENTS BASIQUES-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit